Rechercher
 

Vous êtes ici : Accueil >  Exercer la profession >  La profession

La profession

 

L’ergothérapie permet aux personnes d’organiser et d’accomplir les activités qu’elles
considèrent comme importantes.

  • Prendre soin de soi et d’autres personnes
  • Se réaliser sur les plans personnel,
    scolaire et professionnel
  • Se divertir, par exemple par les loisirs
  • Se développer, notamment par le jeu
 

 

L’activité est au cœur de l’ergothérapie.
Elle en constitue l’objet d’expertise et le moyen thérapeutique privilégié


 

Buts de l’ergothérapie

  • Favoriser l’autonomie des personnes
  • Permettre aux personnes d’avoir une qualité de vie satisfaisante
  • Faciliter leur maintien dans leur milieu de vie et leur intégration dans la communauté


Clientèles de l’ergothérapeute

  • Personnes de tout âge
  • Groupes
  • Communautés
  • Organismes
  • Entreprises


Comment procède l’ergothérapeute

L’ergothérapeute évalue :

  • les conséquences des problèmes de santé physique et mentale d’une personne sur les multiples fonctions de son corps,
  • l’effet positif ou négatif de l’environnement physique et humain sur la réalisation de ses activités,
  • son niveau d’autonomie dans la réalisation de ses activités.

Avant de définir son plan de traitement ou d’intervention, l’ergothérapeute analyse l’interaction entre ces éléments car il doit orienter ses moyens d’action autant sur la personne que sur son environnement.

L’ergothérapeute tente ensuite d’optimiser la participation de la personne aux activités qu’elle considère comme importantes. Pour atteindre cet objectif :

  • il établit une relation thérapeutique avec son client fondée sur la collaboration et le partenariat,
  • il exploite toutes les possibilités de l’activité pour maximiser ses interventions thérapeutiques.

 

Comment l’ergothérapie s’est développée au Québec

L’ergothérapie est née au début du 20e siècle. On découvrait alors tout le potentiel thérapeutique de l’activité. Elle permettait à des personnes atteintes de problèmes de santé mentale d’améliorer leur état de santé.

Le premier regroupement d’ergothérapeutes au Québec a été créé en 1928.

La profession a connu un essor important au milieu des années 1940, lors du retour des nombreux blessés de la Seconde Guerre mondiale. Leur réadaptation nécessitait des services adaptés à leur condition.

Depuis la constitution de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec en 1973, le nombre d’ergothérapeutes a connu une croissance exponentielle. La profession s’exerce aujourd’hui dans une grande variété de milieux et de secteurs d’activités. Les ergothérapeutes offrent leurs services dans toutes les régions du Québec et la demande ne cesse de croître.

La présence des ergothérapeutes s’accroît aussi dans le domaine de la recherche et dans de nouveaux secteurs d’activité, tels que :

  • la promotion de la santé;
  • la prévention des maladies, des incapacités et des situations de handicap;
  • la haute technologie, etc.

 

Rôles et obligations des ergothérapeutes

Le Code des professions définit le champ d’exercice de l’ergothérapie ainsi :

« Évaluer les habiletés fonctionnelles d’une personne, déterminer et mettre en œuvre un plan de traitement et d’intervention, développer, restaurer ou maintenir les aptitudes, compenser les incapacités, diminuer les situations de handicap et adapter l’environnement dans le but de favoriser l'autonomie optimale de l'être humain en interaction avec son environnement. »

S’y ajoute les aspects communs à toutes les professions, mais qui s’appliquent au champ d’exercice propre à chacune d’elles :

« L’information, la promotion de la santé et la prévention du suicide, de la maladie, des accidents et des problèmes sociaux auprès des individus, des familles et des collectivités font également partie de l'exercice de la profession du membre d'un ordre dans la mesure où elles sont reliées à ses activités professionnelles. »

En vertu du Code des professions, les ergothérapeutes ont aussi des activités qui leur sont réservées. Pour qu’une personne puisse exercer ces activités, elle doit donc être membre de l’Ordre.

 

Activités réservées

 

  • Procéder à l’évaluation fonctionnelle d’une personne lorsque cette évaluation est requise dans le cadre de l’application d’une loi.
  • Évaluer la fonction neuromusculosquelettique d’une personne présentant une déficience ou une incapacité de sa fonction physique.
  • Prodiguer des traitements reliés aux plaies.
  • Évaluer une personne atteinte d’un trouble mental ou neuropsychologique attesté par un diagnostic ou par une évaluation effectuée par un professionnel habilité.
  • Évaluer un enfant qui n’est pas encore admissible à l’éducation préscolaire et qui présente des indices de retard de développement dans le but de déterminer des services de réadaptation et d’adaptation répondant à ses besoins.
  • Évaluer un élève handicapé ou en difficulté d’adaptation dans le cadre de la détermination d’un plan d’intervention en application de la Loi sur l’instruction publique.
  • Décider de l’utilisation des mesures de contention.
  • Décider de l'utilisation des mesures d’isolement dans le cadre de l’application de la Loi sur les services de santé et les services sociaux et de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris.

Ces activités ne sont toutefois pas réservées en exclusivité aux ergothérapeutes. D’autres professionnels de la santé peuvent les exercer si la loi le leur permet. Dans ce cas, l’activité de l’un diffère de celle de l’autre puisque le champ d’exercice et la finalité propre à chaque profession ne sont pas les mêmes.

Mot de passe oublié?

Facile à imprimer Envoyer à un ami Agrandir la police Réduire la police